Dossier… Vive les robots !

Dossier… Vive les robots !

As-tu remarqué ? Dans notre vie quotidienne nous sommes entourés de robots ! Alexa© obéit à tes ordres, Thermomix© prépare ton plat préféré en ton absence, un drone peut te livrer tes colis, et le rover Curiosity explore Mars tout seul ! Ça ressemble à de la science-fiction mais c’est bien réel, les robots savent presque tout faire ! Peut-être parviendront-ils à dominer le monde un jour ? Tremble petit humain, Petit Pas t’emmène à la découverte des humanoïdes et de leur incroyable épopée !

 

Qui sont les robots ?
Techniquement, il s’agit d’un dispositif mécatronique, c’est-à-dire qu’il allie trois sciences : la mécanique, l’électronique et l’informatique. Le terme robot vient de robota, qui signifie « corvée, besogne » en langue tchèque. Il a été employé pour la première fois en 1920 par l’écrivain Karel Capek qui imagine dans une pièce de théâtre intitulée Rossum’s Universal Robots des androïdes conçus pour travailler dans des usines. Depuis, on appelle robot les machines qui imitent, assistent ou ressemblent à l’homme. Tu l’as compris, les robots ont pour mission d’aider l’homme ! Alors comme nous n’avons pas beaucoup de place pour te parler de l’immensité des technologies robotiques, et parce que notre petit cerveau n’est pas aussi rapide que celui de certains d’entre eux, nous allons essayer de nous concentrer sur les robots qui ont un corps, et qui s’en servent pour reproduire des tâches humaines. Promis, un jour nous prendrons le temps de parler des robots qui papotent avec nous sur internet, ou qui pilotent ton téléphone, des satellites… Ces robots-là font des choses que l’homme ne savait pas accomplir avant de les inventer !

 

 

Une machine à l’image de l’homme…
L’idée de créer une machine à l’aspect humain n’est pas nouvelle ! Sous l’iAntiquité, les Égyptiens animaient d’immenses automates à l’effigie de leurs dieux pour leur donner un aspect vivant. Même si ces marionnettes ne sont pas encore autonomes, elles font sensation, un peu comme les géants de la compagnie Royal De Luxe que tu as peut-être aperçu depuis ta fenêtre à Nantes ! À la Renaissance, un horloger français, Jacques Vaucanson invente un automate musicien capable de jouer de la flûte avec des poumons artificiels ! Vaucanson va se perfectionner dans son art de l’automate pour fabriquer des machines qui l’aident à mieux comprendre l’anatomie et le corps humain. Par exemple il crée un canard qui picore du grain et le « digère » ! Il faut attendre l’arrivée de l’électricité pour donner aux automates la possibilité de réagir à leur environnement. Jusque-là, les créatures répétaient en continu des actions commandées par leur inventeur, sans interagir. Mais le rêve des hommes est de faire vivre un robot, une créature qui pourrait faire les tâches ingrates qu’il n’aime pas faire, ou qui aurait un cerveau plus puissant que le sien !

 

 

Au boulot les robots !
Dans les années 1970, les premiers robots industriels voient le jour et viennent soulager un peu l’homme : il les aide à manipuler des produits toxiques ou à faire des tâches fatigantes ou répétitives. C’est particulièrement le cas de l’industrie automobile.Aujourd’hui, de nombreux domaines font appel à des robots pour les aider ou les assister. Par exemple certaines opérations chirurgicales sont accomplies par un robot, sous la houlette d’un chirurgien en chair et en os bien sûr ! Et les avancées technologiques envahissent aussi les rayons des supermarchés avec les robots domestiques (aspirateurs, tondeuses etc.) et les jouets.
Un robot est piloté par une unité centrale qui peut être une simple séquence d’automatisme, un logiciel ou encore une intelligence artificielle suivant sa vocation. Lorsque les robots autonomes sont mobiles, ils doivent être équipés d’une source d’énergie embarquée. Tu ne t’en rends pas compte car c’est inné pour toi : tu perçois en un coup d’oeil le monde qui t’entoure. Mais les chercheurs, pour rendre les robots autonomes ont dû fabriquer artificiellement les sens les plus indispensables à une machine pour réagir au monde qui l’entoure et augmenter ses performances. Par exemple, pour avoir conscience de son environnement en 3D, les robots ont des capteurs à ultrason ou laser. Pour voir, les robots ont des dizaines caméras, qui envoient des informations à l’unité centrale qui traite instantanément les images pour détecter les formes, les objets, les couleurs.
L’intelligence artificielle que nous appliquons aujourd’hui aux robots du quotidien donne l’impression qu’ils savent anticiper ou s’adapter au monde qui les entoure et qu’ils peuvent réagir en conséquence. En fait, un robot obéit au programme qui lui a été administré. Si tu as déjà vu une vidéo d’un robot humanoïde marchant et évitant un obstacle, sache que son petit cerveau métallique n’a pas eu l’idée tout seul ! Ses concepteurs ont programmé des réactions en fonction de problèmes rencontrés presque à l’infini ! L’aspirateur autonome par exemple, lorsqu’il évite le pied de ton lit, c’est parce que ses données sont préparées à réagir face à un obstacle. En clair, on a beau aider le cerveau de l’homme, on n’arrive toujours pas à le remplacer ! Ouf…

 

 

Beau gosse le robot !
Sais-tu ce qu’est un androïde ? C’est un humanoïde qui ressemble à un homme (peau, cheveux, vêtements, expressions…)! Et si on créé des robots qui ressemblent à des humains (bipèdes, avec un visage etc.) c’est parce que ces modèles sont amenés à vivre dans notre environnement ! Il faut deux jambes pour monter les escaliers, deux bras pour porter nos objets, et avoir notre taille en moyenne pour vivre dans nos meubles et communiquer face à face avec nous ! On espère surtout qu’un jour ils permettront à l’homme de vivre mieux… En exécutant par exemple des tâches quotidiennes comme vider le lave-vaisselle, étendre le linge, tenir compagnie à des personnes âgées ou handicapées, pour leur permettre de rester chez elles tout en étant assistées dans les tâches qu’elles ne peuvent plus accomplir.
Certains robots ont aussi été inventés pour éviter à l’homme de prendre des risques, sur des opérations militaires par exemple ! Ils neutralisent des explosifs, jouent les éclaireurs sur des zones très sensibles, bref ils sauvent indirectement des vies.
D’autres robots, eux, ne remplacent pas l’homme, ils décuplent ses capacités. Autrefois c’était un fantasme de sciences-fiction mais aujourd’hui, nous sommes entourés de cyborgs ! Certaines personnes handicapées ont des prothèses robotisées commandées par le cerveau, qui envoie des messages par ondes électriques, traduites par de mini-ordinateurs intégrés aux membres artificiels. Incroyable non ? L’homme et la machine peuvent communiquer en un seul corps ! D’autres prouesses robotiques, appelées exosquelettes permettent de dépasser nos capacités physiques en portant des charges très lourdes par exemple. Les pompiers en utilisent déjà !
Bien sûr, au pays des robots, tout n’est pas rose. Comme toute avancée technologique, elle pose des questions éthiques. Parfois on a peur que le robot dépasse l’homme et finisse par le contrôler voire l’exterminer. Drôle de réputation ! Car les robots sont encore des machines, à l’autonomie limitée, que seul l’homme peut programmer ! Toutefois, il faut bien reconnaître que le robot est parfois devenu le concurrent direct de l’homme… Par exemple, on pense que d’ici vingt ans, 50 % des employés des services (secrétaires, démarcheurs téléphoniques, taxis, chauffeurs de poids lourds) seront peut-être des robots. Dans les usines, on voit déjà de grands bras mécaniques remplacer les ouvriers. Mais rassure-toi, car concevoir des robots et les entretenir va demander aussi beaucoup de main-d’oeuvre, dont tu feras peut-être partie ?

 

Dossier…, Petit Pas #38