Que se passe-t-il pendant que tu dors ?

Que se passe-t-il pendant que tu dors ?

La nuit, tu le sais, ce sont les heures entre le coucher du soleil et son lever. Il ne se couche pas ni ne se lève vraiment, c’est une façon de parler. On devrait dire : il n’est plus visible et il réapparaît. Le ciel laisse alors place, quand il est dégagé, à la lune et aux étoiles, aux planètes et parfois même à la voie lactée. C’est magnifique. Petit Pas t’emmène ce mois-ci découvrir la magie de la nuit.

 

Qu’est-ce que la nuit ?

La nuit se décompose en trois phases que tu peux facilement observer, enfin si tu n’as pas classe le lendemain : le crépuscule (il fait encore un peu jour), la nuit complète (c’est le noir total) et l’aube aussitôt suivie de l’aurore (l’obscurité diminue, des lueurs blanches puis orangées apparaissent). Dans le ciel, la nuit te permet d’observer les étoiles. Pourtant elles étaient bien là toute la journée, mais le ciel était trop lumineux pour que tu les voies à l’œil nu.

Tu le sais la Terre est ronde et tourne autour du Soleil, tout le temps, sans jamais s’arrêter. La nuit, c’est lorsque la Terre montre au soleil l’autre moitié du globe. Toi tu es dans le noir mais le soleil brille alors pour tous ces pays qui sont si loin de nous, de l’autre côté. Mais ne t’inquiète dans quelques heures, la partie de la Terre que tu habites sera revenue face au soleil et tu pourras te lever. Il fera jour pour toi, nuit pour les autres.

Ton sommeil a plusieurs phases : l’endormissement, le sommeil lent léger, le sommeil lent profond et le sommeil paradoxal. En fait les scientifiques estiment que même lorsque nous dormons notre cerveau et notre corps sont actifs ! Toute la journée nous libérons des molécules qui provoquent l’endormissement. Lorsque nous en accumulons trop, nous tombons de sommeil (nous baillons et nos yeux picotent). Lorsque nous dormons nos muscles se relâchent et la respiration se calme, et notre température corporelle diminue. C’est pendant le sommeil profond que nous nous reposons le plus, pourtant notre cerveau n’a pas de répit ! Il fixe dans la mémoire les connaissances et souvenirs accumulés pendant la journée. Une autre phase énigmatique vient alors : le sommeil paradoxal. Nos yeux bougent dans tous les sens sous nos paupières, nous rêvons et nous mémorisons des compétences motrices (apprendre à nager ou à faire du vélo par exemple). Après cette période, de micro-réveils ponctuent notre sommeil pour signaler à notre cerveau et notre corps qu’il est temps de se réveiller !

Tout le monde ne dort pas la nuit !

Beaucoup de gens travaillent la nuit ! Si tu veux les rencontrer, file en page 8 ! Ceux qui travaillent le jour mais ne dorment pas la nuit sont des insomniaques. Ceux qui font la fête toute la nuit et dorment le jour sont des noctambules et ceux qui parlent très fort en dormant et se baladent tranquillou dans le couloir pendant leur sommeil sont des somnambules ! On dit que la nuit est noire mais lorsqu’on ne dort pas (comme tes parents le soir du réveillon), on parle de nuit blanche !

Beaucoup d’animaux chassent la nuit : la chauve-souris, le hibou, la chouette et le renard, etc. D’autres aimeraient bien le faire aussi comme le chat et le cochon d’Inde mais leurs maîtres ne sont pas toujours d’accord à cause du bruit et de la gêne dans la maison. Alors ces deux espèces se sont plus ou moins gentiment adaptées et essaient de dormir en même temps que les hommes. D’autres animaux, au contraire se sont mis à chasser la nuit pour éviter l’homme qui envahit leur territoire, mais leurs proies habituelles ne sont pas au rendez-vous. Que c’est difficile pour les hommes et les animaux de partager la Terre ! Le harfang est un drôle de hibou : il sort la nuit pour chasser mais voit comme en plein jour. Il vit au Pôle Nord, et pendant 6 mois de l’année, la nuit ne tombe pas totalement sur cette partie du globe.

As-tu déjà vu de grands draps blancs tendus entre deux arbres la nuit et éclairés ? Des entomologistes les ont installés ici pour piéger les papillons et insectes volants de la nuit, afin de les observer à la loupe sur le drap ! Ces scientifiques travail- lent donc souvent la nuit.

Fluorescence, luminescence, électricité

Entre le XVIIe siècle et le XIXe siècle, les rues des villes étaient éclairées avec des réverbères à la chandelle. C’est le falotier, ou « allumeur de réverbère » qui était chargé d’allumer chaque bougie le soir. On s’était vite rendu compte que la nuit, les brigands et les criminels profitaient de la pénombre pour sévir ! L’éclairage public a rendu plus difficiles leurs manigances. À partir du XIXe siècle, l’électricité s’installe dans les rues des villes, et connaît un tel succès que deux siècles plus tard, un citadin ne sait même plus à quoi ressemble une nuit noire ! À Nantes, plus de 95 000 points lumineux éclairent les rues ou les enseignes commerciales. Nous sommes un peu dépassés par cet engouement scintillant, et les villes font marche arrière pour essayer de limiter la « pollution lumineuse » de notre Terre. As-tu déjà vu les photos satellites de nuit ? On distingue très nettement les grosses villes du Monde depuis l’espace ! C’est très impressionnant. À Vannes, une association appelée Les Illuminés, passe certaines nuits à éteindre les enseignes lumineuses des magasins en signe de protestation, pour économiser de l’énergie, estimant que puisqu’on dort, on n’a pas vraiment besoin de voir de la pub.

Et au fond de l’eau, comment se repérer sans éclairage ? Grâce au phytoplancton pardi ! Qui créé une lumière bleue quand il est remué ! Si tu as déjà trempé tes pieds la nuit dans les eaux claires du Morbihan, tu as dû remarquer que l’eau scintillait ! On appelle cela la bioluminescence. D’autres animaux sous-marins utilisent la bioluminescence pour se reproduire, se défendre ou chasser comme le poisson abyssal (tu le con- nais il a de vilaines dents et une petite lanterne qui pendouille devant les yeux), les méduses.

 

Grand Dossier, extrait du Petit Pas #39